Ah, la méditation… Ce cliché où l’on est assis en tailleur, avec une main paume ouverte vers le ciel posée délicatement sur chaque genou.

Reprendre sa vie en main par la méditation.

Permets-moi un peu de casser ce cliché.

J’ai eu l’occasion de vivre une expérience qui, pour moi, est vraiment le premier pas pour se recentrer. Faire le vide, reprendre sa vie en main et repartir sur de bonnes bases sont les rendus de cette expérience magique.

Un centre de méditation en Thaïlande

Se retrouver à l’autre bout du monde, c’est déjà une sacrée expérience de vie. Si, en plus, on profite de l’expertise locale du pays en question – en l’occurrence la Thaïlande. C’est ce que nous cherchions avec ma compagne, Amandine.

Oui oui, je veux bien parler de la méditation. Et le tout, pour être simplement avec soi-même, se recentrer, et être dans l’instant présent : c’est juste énorme !

C’est après pas mal de recherches de temples bouddhistes pratiquant la retraite de méditation que nous sommes tombés sur le Wat Phradat Sri Chomtong Voravihara. Il s’agit d’un centre international de méditation, reconnu dans le monde entier.

Les principes du centre de méditation

Ce temple étant bouddhiste, il fallait – bien entendu – arriver avec une tenue respectueuse, à savoir :

  • Pantalon long – ou short arrivant sous le genou pour les hommes
  • Pantalon long ou jupe longue – couvrant jusqu’aux chevilles pour les femmes
  • T-shirt manches longues pour les femmes
  • T-shirt manches courtes (pas débardeur) ou longues pour les hommes

Nous sillonnons un étroit chemin sinueux s’étalant derrière le temple que nous arrivons dans le centre de méditation.

Nous sommes très gentiment accueillies par 2 femmes tout de blanc vêtues. Pour bien démarrer, nous remplissons un formulaire pour qu’ils puissent davantage nous connaître, ainsi que la raison pour laquelle nous sommes ici – plus précisément ce que l’on attend de Vipassana – la méditation de pleine conscience.

Le moment est venu de nous retrouver chacune dans sa chambre individuelle : on nous prête gracieusement des habits blancs. Il est primordial d’être habillé en blanc : c’est une couleur pure, sobre et neutre qui ne demande pas de réflexion. Nous avons également une sorte d’écharpe légère – blanche elle aussi – pour couvrir notre poitrine (au-dessus de notre t-shirt – ça reste bouddhiste !).

Ma chambre est plutôt spacieuse pour une seule personne. En plus, j’ai ma propre salle de bain.

Nous avons 1 heure pour nous installer avant que l’on nous introduise à notre séjour. Dans la pièce, deux petites étagères me permettent de ranger le peu d’affaires qui me servent – c’est d’ailleurs réelle approche minimaliste de ce dont nous avons vraiment besoin dans la vie – et un simple matelas très fin sur le sol en guise de lit.

Heureusement, il y a un ventilateur… (nous sommes en Thaïlande tout de même !)

Introduction à la méditation Vipassana

Après installation, nous avons été mise en relation avec l’assistant du professeur qui nous a expliquées le concept de base de ce pourquoi nous sommes ici et ce que nous allions y faire.

Même si la définition de « pleine conscience » paraît simple, pour ne pas dire enfantine, il est difficile de savoir exactement à quoi nous attendre…

Il nous explique :

1. Quand on entre dans une pièce où il y a Bouddha (en général un temple), il faut faire le signe de respect.

2. Les 3 étapes de chaque round de méditation.

3. Les 8 préceptes à respecter dans ces lieux.

4. La présentation des lieux et du fonctionnement. 

Le signe du respect du Bouddhisme

  • Monter les deux mains collées au milieu de la poitrine, toucher, puis monter les deux mains au niveau du front, toucher.
  • Rassembler à nouveau les deux mains au niveau de la poitrine, puis s’incliner en posant les deux mains au sol en ramenant la tête au niveau des mains au sol.
  • Puis se relever, en rassemblant et en remontant les deux mains au niveau de la poitrine. Toucher.
  • Recommencer encore deux fois.
  • Pour finir, poser les deux mains sur chaque cuisse, après avoir fait une dernière fois les signes avec les mains. C’est le signe à effectuer  dès que l’on entre dans un temple et qu’il y a une représentation de Bouddha. Par exemple, ici, puisque l’on est dans un centre de méditation dans un temple bouddhiste, il faut faire le signe en rentrant dans les salles de méditation, dans lesquels Bouddha est représenté.

Les 3 étapes de chaque round de méditation

Chaque round de citation est composé de trois étapes :

  • Le premier type de méditation consiste à reproduire le salut à Bouddha minutieusement découpé en étapes : c’est ce que l’on appelle « la Prosternation en pleine conscience ». Dès que l’on fait un mouvement, on répète trois fois dans sa tête le nom de l’action (exemple:  » baisser, baisser, baisser. » lorsque l’on baisse une main vers le sol). En général, cela dure entre 3 et 5 minutes.
  • Le suivant est la méditation debout : au départ, 10 minutes (chrono) de méditation debout. Il s’agit d’être attentif à chaque mouvement de pas tout en marchant doucement. Exemple : « Droit va là » (pour se concentrer sur le fait de lever le pied droit et de le poser un peu plus loin, comme quand on avance) ou « Gauche va là ». On prend conscience de ce que l’on est vraiment en train de faire pleinement – c’est-à-dire simplement marcher.
  • Et, pour finir, 10 minutes (chrono) de méditation assise. En tailleur, jambe droite devant, paume de main tournée vers le ciel, l’une dans l’autre, paume droite au-dessus, délicatement déposées entre les deux jambes. Il s’agit de se concentrer sur sa respiration et notamment sur les mouvements du ventre lors de la respiration : « lever » lorsque l’on inspire et que l’on remplit notre ventre d’air – « baisser » lorsque nous expirons et donc que nous sortons l’air de notre ventre.
  • Durant chaque méditation, dès qu’une pensée, une émotion (colère, énervement…) ou un sens (ouïe, touché, vue, odorat, goût) nous vient à l’esprit, alors on s’arrête : « stop, stop, stop ». Pour rappel, il s’agit d’être toujours dans le moment présent. Il est normal de penser ou de ressentir les choses, mais il faut absolument les conscientiser.
  • Pour cela, et tout en s’arrêtant, il faut se concentrer sur la pensée, l’émotion ou le sens utilisé, et répéter trois fois le nom de la pensée de l’émotion ou du sens dont il est question. Exemple : être déranger par un bruit extérieur – « écouter, écouter, écouter. » Tout en concentrant son esprit sur l’écoute. On repart.
  • Étant dans une pièce, quand il faut faire demi-tour durant la méditation debout, il faut bien entendu d’abord prendre conscience que l’on est debout en répétant le mot trois fois avant et après l’action. 

Les 8 préceptes

  1. S’abstenir de prendre intentionnellement la vie de tout être vivant.
  2. S’abstenir de prendre ce qui n’est pas donné.
  3. S’abstenir de toute activité sexuelle.
  4. S’abstenir de faux discours.
  5. S’abstenir de consommer de l’alcool ou des drogues non médicinales.
  6. S’abstenir de manger après midi.
  7. S’abstenir de danser, chanter, jouer de la musique, regarder des émissions de télévision et porter des cosmétiques, des parfums et des bijoux.
  8. S’abstenir d’utiliser des lits et des sièges de luxe.

La présentation des lieux et du fonctionnement

Le principe est plutôt clair et simple. Il s’agit d’appliquer les rounds contenant les 3 étapes de méditation avec une pause de 20 minutes entre chaque round. 

Organisation d’une journée type

  • 4h – réveil.
  • 4h à 6h – rounds de méditation dans sa chambre individuelle (les salles communes ne sont pas encore ouvertes – elles ouvrent à 8h). 
  • 6h – petit déjeuner.
  • 7h – 10h – rencontre avec son professeur (on nous explique demain…).
  • 11h – déjeuner (et dernier repas de la journée…).
  • 12h – 16h – rounds de méditation avec 20 minutes de pause entre chaque.
  • 16h – une heure de pause. 
  • 17h – 22h  – round de méditation avec 20 minutes de pause entre chaque.
  • 22h – dodo time.

L’évolution de la retraite

Tous les jours, nous voyons individuellement notre professeur de méditation. C’est un moment privilégié et personnalisé.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Comme chaque échange avec le professeur est individuel, il peut voir l’évolution personnelle. Le style d’apprentissage est, à mon sens, l’un des meilleurs qui soient. Le professeur pose des questions tournées de manière indirecte afin de voir ta manière de répondre.

Si tu réfléchis trop, il voit bien que tu n’as pas compris tout le sens. Bah oui, il faut être dans le moment présent… Remember ? 🙂

Très rapidement, j’ai pu me rendre compte que je suis une personne qui analyse toujours énormément (et je pèse mes mots haha).

Un truc tout bête : « Est-ce que quand tu fais ta méditation assise et que tu te concentres sur ta respiration, tu as l’impression de maîtriser ta respiration et donc de ne pas respirer naturellement ? » – Si tu as une autre réponse à donner que « je ne sais pas parce que je suis dans l’instant présent à ce moment-là. », c’est que tu n’étais simplement pas dans le moment présent… 🙂

Donc, plus le professeur voit que tu comprends le principe, plus tu te rends compte de ce que Vipassana – méditation de pleine conscience signifie et plus le professeur te donne d’exercices à faire durant chaque méditation.

En effet, au départ, chaque méditation assise et méditation debout durent chacune 10 minutes. Par la suite le temps de méditation est augmenté de 5 minutes à chaque fois que tu évolues.

10 minutes, 15 minutes, 20 minutes, 25 minutes, 30 minutes :  c’est au bout du 6e jour que je suis arrivée à 30 minutes de méditation assise et debout au lieu de 10 minutes au départ.

Plus le temps augmente, plus le professeur nous donne des exercices à faire. Par exemple, pour la méditation debout : le temps de méditation augmente, plus chaque pas est détaillé. C’est comme cela qu’à la fin de mes 6 jours, un pas est détaillé en quatre étapes : « talon, lever, bouger, poser ».

C’est d’ailleurs incroyable de voir à quel point nous pouvons nous concentrer sur un simple geste que nous faisons absolument tous les jours.

De ce fait, même si on a l’impression que chaque méditation va paraître plus long, ce n’est pas du tout le cas.

Une vraie journée type – être toujours dans le moment présent

Jour 5 

1. Lever :  4h59 (non, je n’ai pas réussi à me lever avant…).

  • Réveil un peu difficile (en même temps, vu l’heure… haha)
  • En effet, je n’ai pu faire que les deux premiers exercices de méditation d’un round. Je n’ai pas eu le temps de faire la méditation assise du coup, avant de partir petit déjeuner.
  • Je me suis encore réveillée dans la nuit en disant « tourner, tourner, tourner… » alors que j’étais en train de me retourner dans mon lit – haha.  
  • Pour m’endormir, comme j’ai eu un peu de mal au début, j’ai répété 3 fois chaque étape que je faisais. Par exemple, « intention de dormir ». Ça a l’air d’avoir fonctionné : je ne me souviens plus de la suite. 
  • Je me sens un peu énervée ce matin. On verra comment la méditation va m’aider à sortir de là, comme hier après-midi. 

2. Rencontre avec le professeur – 7h45.

  • J’ai répondu « I don’t know » pour les deux questions hier (questions pièges du genre « penses-tu que tu contrôles ta respiration lors de la méditation assise ou qu’elle est plutôt naturelle ? ») :  rester dans l’instant présent, ne pas analyser. 
  • On a parlé de mes douleurs physiques : notamment celle aux épaules depuis hier après-midi. Peut-être est-ce la colère ? (Non, ne pas chercher à analyser… Rester dans l’instant présent).
  • Je passe à 30 minutes pour chaque méditation à partir d’aujourd’hui. 
  • J’ai maintenant quatre étapes à faire lors de la méditation debout :  » talon, lever, bouger, poser. » Attention à ne pas bouger en même temps que je lève le pied – l’étape « lever », c’est juste pour lever le pied. 
  • Concernant la méditation assise, j’ai maintenant 2 points à toucher,  c’est-à-dire 2 points sur lesquels je dois me concentrer. Un en bas à droite du dos et un en bas à gauche du dos.
  • Attention, quand je dois prendre conscience d’une pensée ou d’un sentiment, je dois recommencer à me concentrer sur ma respiration « inspirer – expirer ».
  • Si jamais je ne touche jamais ces deux points, ce n’est pas grave. Parce que, si je suis déconcentrée par une émotion, un sentiment ou autre, et que je le conscientise, je reste dans l’instant présent. Le but est toujours d’être dans le moment présent, que ce soit en se concentrant sur un bruit, une émotion, ou la respiration. 
  • Attention à être conscient de tous mes mouvements, tout le temps. Même hors méditation – sans non plus répéter le mot trois fois, juste être conscient de ce que je fais.

3. Méditations de l’après-midi.

  • C’est génial, je me sens super bien ! 
  • Le premier round a été très compliqué. Je ressentais beaucoup de fatigue, et je me suis beaucoup endormie lors de la méditation assise. 
  • Mais alors les deux suivants ont été géniaux ! 
  • J’étais énormément dans le moment présent et quelle sensation agréable était-ce !
  • Les 30 minutes de chaque méditation sont bizarrement passées assez rapidement. C’est fou ce que le temps peut passer vite en étant simplement dans le moment présent ! 
  • Merci pour cette découverte ! 
  • Maintenant, à la fin de chaque round de méditation, je dois envoyer une pensée positive. C’est donc ce que j’ai fait : à moi, à Amandine – pour que ce séjour puisse lui apporter le plus grand bien – à mes parents et à mon frère. 

4. Bilan de la journée.

  • Wahou, quelle journée !
  • Elle a commencé avec de la colère, et s’est terminée en compréhension qui change tout ! 
  • Être dans le moment présent – peu importe si c’est plus facile de faire le pas de droite ou de gauche lors de la méditation debout. Peu importe si c’est plus facile d’inspirer ou d’expirer lors de la méditation assise. Peu importe le nombre de fois où on s’arrête pour prendre conscience de quelque chose ou rester dans ce que nous faisions. Il ne faut pas analyser : il faut rester dans le moment présent ! 
  • Je suis vraiment contente de m’être rendue compte de ça aujourd’hui. Ça m’a permise d’être bien plus concentrée dans les méditations de l’après-midi. Ça m’a même permise de ne pas m’endormir lors de la méditation assise.

Je me suis rendue compte à la fin de mes 6 jours d’un des principes les plus importants du Bouddhime, et de ma vie.

Tout est toujours impermanent.

Et oui, un jour on se lève d’une excellente humeur et on accompli énormément de choses dans cette journée. Un autre jour on va se réveiller de mauvaise humeur… Même au sein d’une seule et même journée, nous rencontrons plusieurs « états » positifs ou négatifs.

Et oui, c’est comme ca, c’est la vie. Et s’il y a bien une chose que j’ai retenue, c’est qu’il faut accepter que les choses soient impermanentes.

Retraite temple buddhiste

À savoir sur la méditation

Comme pour tout, il n’est pas facile de méditer. Il existe notamment 5 obstacles à la méditation – et donc au fait d’être vraiment dans le moment présent :

  • le désir
  • la colère
  • la torpeur, la paresse
  • l’inquiétude
  • les doutes

Afin d’être capable de méditer, il faut réunir les 5 facultés suivantes :

  • La pleine conscience (la faculté qui va diriger toutes les autres)
  • L’énergie et l’effort
  • La confiance
  • La concentration
  • La sagesse

ATTENTION : il faut avoir un équilibre pour chaque facultés. Pour chacune, il ne faut ni en avoir pas assez, ni en avoir trop.

Les 4 fondations de la pleine conscience :

  • Le corps
  • Les 6 sens
  • L’esprit
  • Les objets de l’esprit (penser, analyser…)

Conclusion sur cette retraite

Ce fut pour moi une expérience incroyable. La longueur normale d’une vraie retraite spirituelle est de 21 jours (voire un peu moins si on apprend assez rapidement). Je n’ai pas encore eu l’occasion de le faire réellement pendant autant de temps, mais je le ferai, c’est une certitude.

Quand je vois ce que me rapportent déjà ces 6 jours…

Qui aurait cru que passer ses journées à être totalement coupé du monde et à méditer et uniquement à méditer ne serait pas ennuyeux ?

Dans notre monde d’aujourd’hui, on ne prend clairement pas le temps d’être dans le moment présent. C’est un paradoxe d’utiliser l’expression « manque de temps » d’ailleurs pour qualifier dans quel état d’esprit nous sommes plongés aujourd’hui.

Mais, ce n’est pas de notre faute, nous courrons toujours partout… Donc il est difficile de se rendre compte et de conscientiser le fait que nous ne soyons que trop rarement dans le moment présent.

C’est pourquoi, je continue de faire 20 minutes de méditation assise chaque jour. Afin d’avoir au moins une fois dans ma journée – quelle qu’elle soit – un moment où je suis simplement dans l’instant présent.

Et toi, tu pratiques la méditation ? 🙂


Aurélie
Aurélie

Passionnée par le développement personnel, j'ai envie de partager - avec les personnes qui ont envie - les outils que j'utilise pour devenir la meilleure version de moi-même ツ

Leave a Reply

Your email address will not be published.

vingt − 7 =